mercredi 28 mars 2012

A la bonne heure





P1150628.jpg

Jusqu’au 29 Avril 2012, le musée Rath propose une exposition sur l’horlogerie et présente une belle collection d’objets et de bijoux qui, même datant de plusieurs siècles, m'ont faciné.
Je suis tombée d’accord avec une dame qui pensait que ceux-ci trouveraient aisément leur place parmi nos tenues vestimentaires d’aujourd’hui: Le beau ne se démode pas.
Pour la petite histoire: Les premiers instruments à mesurer le temps datent de - 3500 ans avant JC et furent érigés par les sumériens (Irak actuelle); il s’agissait d’obélisques utilisées aussi par les Egyptiens. 2000 ans après, les cadrans solaires font leur apparition ainsi que les horloges à eau suivies des clepsydres (-325 Avant JC), utilisées par les Grecques pour déterminer l’heure de nuit.
La chandelle fait son apparition en Orient au IXème siècle : C’est une bougie graduée qui indique les différentes étapes de la journée.
S’en suivent les horloges à poids et les sabliers. Au XV ème siècle, on tend vers la miniaturisation avec les horloges à ressorts et leur usage domestique.
En 1656 –Naît la première horloge avec pendule (Christian Huygens, hollandais) et dans les années 1920 se développent les oscillateurs et des horloges à quartz plus précis.
En 1949, fut conçue la première horloge atomique et en 1967 … l’atome de césium est reconnu comme l’unité internationale du temps : Une seconde est égale à la durée de 9,192,631,770 oscillations de l’atome de césium et remplace la seconde traditionnellement définie par rapport aux mouvements de la Terre.
Source : histoire-du-temps.html

Plusieurs techniques de décoration se sont développées autour de l’horlogerie pour transformer ces objets du quotidien en œuvre d’art : L'émaillerie, alliée à l’art de la miniature (peinture) en sont des exemples et ce savoir-faire servira à la décoration d’autres petits objets.

Ci-dessous de jolies tabatières.
P1150621.jpg


L'histoire de l'horlogerie Suisse, tout comme celle de l’indiennerie commence avec l'arrivée des réfugiés protestants qui s’établissent dans la région où ils exercent leur savoir-faire et commercialisent les pièces produites.
En bannissant les signes extérieurs de richesse, Jean Calvin contribue également au développement de cette industrie; Les joailliers, à la recherche d’activités de substitution se dirigent vers l’horlogerie de luxe. Les ornements et les matériaux précieux utilisés pour leur confection sont dissimulés derrière la fonction des objets (montres, boites à montre...)

Voici un articles à propos des « cabinotiers » qui nous donne le ton et l'esprit d'une époque - L’esprit des cabinotiers

L'établissage est un autre modèle économique, pratiqué plutôt dans les campagnes ou les montagnes: On parle souvent des établisseurs du Jura et se sont des intermédiaires entre le marcher et la production qui utilisent plusieurs sous-traitants avant de procéder eux même à l ’assemblage.
Les sous-traitants sont des professionnels dont l'activité horlogère n'est pas l’activité principale.
Au XIXe siècle c'est l'industrialisation à l'Américaine avec la mécanisation, qui rencontre beaucoup de résistance en Suisse.
La corporation des horlogers de Genève décide de créer un « poinçon de Genève » qui certifie la qualité du produit.
Les objets poinçonnés répondent à des critères de fabrications strictes et régis par une loi datant du 6 Novembre 1886 qui est régulièrement actualisée.
Source :http://www.horlogerie-suisse.com/poincondegeneve.htm

Afin de lutter contre les contrefaçons, la fondation de la haute horlogerie a organisé un concours de vidéo dont voici la gagnante.



Source : haute horlogerie


Un petit reportage avec Anita Porchet, LA star de l’émaillerie:




Le musée Rath Adresse: Place Neuve - 1204 Genève Ouvert de 10h à 18 h, mercredi 10-20 h.
Fermé le Lundi Tarifs: CHF 10 et gratuit jusqu'à 18 ans

Pour connaître l’agenda des expositions et autres musées Genevois, vous pouvez vous rendre sur www.ville-ge.ch

Bonne semaine! L&F

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire