jeudi 2 janvier 2014

Le Loup de Wall Street


Luckas prend du bon temps en dehors du cocon familiale et nous en profitons pour aller voir un film pour "grands" au Pathé de Genève ; la salle était comble et le public enjoué par l'atmosphère de noël s'est fait "baladé" par  Leonardo Dicaprio qui interprète magnifiquement Jordan Belfort dans « Le loup de Wall street », de Martin Scorsese.


Le scenario est inspiré du livre autobiographique du vrai Jordan Belfort, un courtier qui a engrangé ses premiers millions à l'âge où je jouais encore à la Barbie en escroquant de petits épargnants. Son style de vie n’a rien à envier à DSK et son parcours beaucoup plus aventureux se termine également par la case prison (mais pour un peu plus longtemps). Le film est conduit à grande vitesse par un Léonardo qui transforme les situations les plus douteuses et les plus dramatiques en bouffonneries. Son équipe de commerciaux, dopée à la testostérone, au billet vert et à la poudre blanche joue également un rôle clef, comme « vase d’expansion » de la vulgarité. Le cordon de nos bourses tenu par leurs bourses en quelque sorte…


Nous avons passé un excellent moment…je recommande !



Genève

L'histoire du courtier passe forcément par Genève et Jean Dujardin est peu convaincant dans le rôle du banquier véreux: Le film joue la carte "stéréotype" et nous reconnaissons le fameux jet, emblème de la ville.


Le jet, Genève.


Ci-dessous: Un résumé de la filmographie de Léonardo.


 


Belle journée,

F

2 commentaires:

  1. Merci pour ton commentaire, je comptais aller le voir. Le banquier véreux et le jet d'eau de Genève ah ah faudrait trouver autre chose quand même non? Bon, autre chose que le chocolat ou le Cervin.....
    Bonne, belle et douce année à toi et ton Lukas. Bises.
    Valentine

    RépondreSupprimer
  2. Bonne année à toi "ma Valentine"...et oui il serait temps d'arrêter avec le jet, le chocolat et le Cervin...mais les stéréotypes ont encore de beaux jours devant eux! Si tu parles anglais, il faut le voir en VO, car la traduction est moins bien ; on perd en vulgarité !
    Bises à toi,
    F

    RépondreSupprimer