jeudi 16 octobre 2014

Pomme pourrie et serpent à sornettes


Fin du monde (Réalisé en collaboration avec Nicolas Perrin)


Tout commence avec cette fameuse histoire de genèse de l’humanité . Ayant procédé à une petite enquête de voisinage sur les tenants et les aboutissants de ce récit biblique , j’ai constaté des divergences significatives dans l’interprétation des faits .  Pour résumer , Adam , seul au milieu des animaux et des plantes s’ennuie dans son jardin d’éden . Dieu , dont les intentions ne sont pas toujours transparentes , créé Eve pour lui tenir compagnie et pose une condition à leur séjour éternel dans ce lieu idyllique ; le couple devra s’abstenir de croquer le fruit de l’arbre de la connaissance sous peine de mort .  Sous l’influence du serpent , Eve transgresse la recommandation et incite le "pauvre" Adam à faire de même . Le prosateur de ce récit ayant choisi de rester dans  l’ombre et mes sources d'information n’étant pas divines , il m'est difficile d’affirmer quoi que ce soit sur la signification réelle de ce scénario et du rôle joué par chacun des protagonistes . Il semble toutefois aujourd'hui admis que considérer  la femme comme le maillon faible de cette histoire est une interprétation erronée ;  l’auteur  possédait une solide connaissance de l’espèce humaine et de sa propension à satisfaire ses désirs quel-qu’en soient le prix et peut-être n’aura-t-il pas résisté à la tentation de nous prévenir des risques encourus ?  La question reste ouverte.

Toujours est-il que les effets dévastateurs de notre conduite sur notre environnement sont de plus en plus visibles et mesurables ; Les pays riches , stimulés par leur système économique s’occupent entre autres de pulvériser les ressources énergétiques , les pays pauvres sont animés par des préoccupations évidemment éloignées des considérations environnementales , les pays émergeant d’un marasme économique et politique compensent des années de frustration par une consommation exacerbée, tandis que les pays en guerre n’ont d’autres chats à fouetter que de s’octroyer le droit de massacrer leurs contemporains , aidés par des pays riches ou émergents qui les fournissent en armes dévastatrices, s'assurant ainsi la maîtrise des ressources . S’il y a bien une activité que nous menons dans un consensus mondial , sans pour une fois porter attention aux divergences culturelles ou religieuses, sans éprouver le besoin du moindre conciliabule autour d’une table des Nations Unies , c’est bien de scier la branche sur laquelle nous sommes assis . 

Depuis quelques décennies , les scientifiques et des médias diffusent des messages d'alerte à audibilité réduite tandis que les hommes politiques , dont la constance dans l'inertie est aussi légendaire que le mythe de Prométhée , mettent autant d'ardeur à relayer l'information que s'il s'agissait d'une proposition de loi fallacieuse émise en période estivale . Quant au contenu du message qui nous avertit des dangers qu’encourt la planète qu'on nous encourage à "sauver", il me laisse perplexe . S'il y en a une qui assistera à notre enterrement et nous survivra, c’est bien la planète Terre . Je comprends qu’il s’agit là d’une image et que le but recherché est de nous pousser à soigner notre milieu naturel mais c’est aussi une manière de détourner l’attention de la véritable question ;  Comme l’indiquait un certain Shakespeare , fameux dramaturge qui s’avère également être l’unique prophète britannique ;  "être ou ne pas être , là est la question" que doit se poser l'humanité.


Au bord du monde (Réalisé en collaboration avec Nicolas Perrin)


Heureuse journée à tous.
F

*Mon billet ne s’appuie évidemment en aucun cas sur une conception créationniste de la genèse mais je trouve qu’elle est une amusante base de réflexion.

*Les images qui illustrent ce billet , comme à l'accoutumée , ne sont pas issues d'un  montage photo. 


5 commentaires:

  1. Impressionnantes ces deux photos
    A bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci...cette remarque me fait chaud au cœur!
      F

      Supprimer
  2. ça faisait un long temps que je ne m'étais pas baladée dans ton blog et j'y ai passé 1 heure TRES agréable, c'est comme nager en eau fraîche ou flotter dans l'azur,
    tes photos sont superbes et ton humour met de bonne humeur, tu nous offre une belle/bonne tranche de vie
    merci Fred

    bisous à toi and little reporter Luckas

    RépondreSupprimer